PLANS DE CONSERVATION

TORTUE MÉDITERRANÉE

Plus d’information >>

HÉRISSON D’ALGERIE 

Plus d’information >>

PLAN DE RÉCUPÉRATION DE LA TORTUE MÉDITERRANÉE 


Nous collaborons avec le Département du Territoire et de la Durabilité dans l’élevage et la reproduction de la tortue méditerranée (Testudo hermanni hermanni). En Catalogne, plusieurs actions visant la conservation de cette espèce sont menées. Il a été répertorié comme espèce en voie de disparition et est protégé par la loi sur la protection des animaux (DOGC 5113 du 17.04.2008).

Depuis 2010, des travaux sont en cours sur l’élaboration du plan de rétablissement de l’espèce, qui établit les lignes directrices pour réduire les menaces qui l’affectent.

Depuis quelques années, le Département du Territoire et de la Durabilité de la Generalitat de Catalogne, en collaboration avec le Centre de Récupération des Amphibiens et Reptiles de Catalogne, CRARC, a coordonné une série d’actions visant à renforcer la population à travers l’élevage en captivité et programmes de réintroduction dans des zones du territoire catalan commençant la réintroduction dans sa population naturelle et sauvage, la Serra de L’Albera.

Suite au programme de réintroduction dans d’autres zones du territoire catalan, comme le massif du Garraf, la Serra de Montsant, le Delta de l’Èbre ou la Marça. Les facteurs de menace sont la destruction et l’altération de l’habitat, les incendies, les collisions, la prédation et le pillage.

La tortue méditerranéenne est répartie dans la partie nord-est de la péninsule ibérique, en Provence française, à l’ouest et au sud de la péninsule italienne, en Grèce et dans les Balkans au sud du Danube, ainsi que dans les îles de Sicile, d’Elbe, de Pianosa, de Corse, de Sardaigne et les îles Baléares En Espagne, il est distribué en Catalogne et dans les îles de Majorque et Minorque.

La tortue méditerranéenne est le seul chelonio terrestre indigène que l’on puisse trouver en Catalogne et sa répartition géographique est centrée sur cinq zones naturelles protégées: le parc du Garraf, le parc naturel de la Sierra Montsant, la Sierra de Llabería, le parc naturel du Delta de l’Èbre et le parc naturel des Albères, qui est le seul à avoir une population indigène.

Son habitat naturel est l’écosystème méditerranéen, préférant une végétation arbustive et basse, avec une couverture arborée nulle ou mince. On le trouve également dans les champs de cultures abandonnés. On le trouve souvent autour des cours d’eau. Quant à l’altitude, il vit de préférence entre 100 et 400 mètres.

Coloration générale jaune et noire fortement contrastée. Il est essentiellement herbivore, ovipare et peut vivre entre 40 et 60 ans.

Dimensions : 14 – 18 cm

Origine : Côte méditerranéenne européenne Liste rouge (Liste des réseaux) : Quasi menacée

HÉRISSON D’ALGERIE


Depuis 2020, nous collaborons avec Galanthus , une organisation dédiée à l’étude et à la diffusion de l’Environnement. et la Fondation Zoo de Barcelone dans le projet de renforcement de la population de hérissons sauvages. L’espèce sauvage de répartition méditerranéenne, Atelerix algirus, est l’espèce habituelle que l’on trouve dans le parc de Samà et le but du projet est de renforcer le groupe de hérissons d’Algerie Atelerix algirus dans le parc et d’en garantir la viabilité.

STUDBOOK EUROPÉEN, ESB DU FAISÀN DORÉ


En 2013, le Parc Samà a commencé à participer au projet d’élevage de faisan doré EP5000. Il s’agit d’un projet né de l’initiative de certains éleveurs belges dans le but de créer une population viable à long terme de faisan doré de race pure, après avoir vérifié le niveau élevé de métissage entre les populations captives. Le projet a débuté avec l’importation de 5 000 œufs de génotype pur originaires d’Asie et a commencé la reproduction.

Depuis 2021, le faisan doré série 5000 est devenu un Studbook Européen de l’EAZA, Association Européenne des Zoos et Aquariums. Le ESB du faisan doré est un programme de sélection qui vise à maintenir des populations saines de ces animaux afin de protéger leur santé génétique. Il s’agit d’un programme qui vise à assurer un avenir à cette espèce vulnérable, à travers un travail d’éducation et de conservation sur place dans le but de stabiliser les habitats naturels et de changer les comportements destructeurs.


REENCONTREZ LA FAMILLE DU PARC SAMÀ

ESPÈCES BOTANIQUES DU PARC SAMÀ

PARTERRE D’ALOE
VERA

UN JARDIN
AVEC
MÉMOIRE